• Les Apaches

    Les Apaches






    Le nom apache vient du mot indien Yuma qui signifie " combattre homme " et les ennemis les appelaient  zuni qui signifie les ennemis des champs cultivés. Ce nom vient de leur habitude à attaquer les agriculteurs.


    Histoire
     
    Au XIX siècle, les espagnols déferlèrent sur les terres des Navajos, voisins des Apaches. Ces envahisseurs protégeaient les colons des futurs états du Nouveau Mexique et de l'Arizona. Après l'indépendance du Mexique, l'armée se fit rare et Navajos + Apaches en profitèrent pour faire des raids contre les fermiers.

    En 1846, les Etats Unis prirent possession des territoires qui allaient devenir le Nouveau Mexique et l'Arizona et décidèrent de mettre un terme à ces raids. En 1848, après les colons, ce fut au tour des chercheurs d'or qui se rendaient en Californie de traverser les territoires où vivaient ces Indiens. Puis il y eut la guerre de Sécession et une partie des soldats partit au front. D'où une recrudescence des attaques indiennes contre colons et chercheurs d'or qui abattaient les arbres et tuer leur gibier.

    En 1862, les Etats Unis décidèrent d'employer les grands moyens, c'est-à-dire tout faire pour chasser les Indiens de leurs terres. Le colonel Carson, Kit Carson, fut chargé de cette mission et recruta des volontaires au Nouveau Mexique. En 1863, il réussit à emprisonner des Apaches dans la réserve désertique de Bosque Redondo. Puis il pratiqua la politique de la terre brûlée : détruire par le feu habitats et récoltes.

    En   1872, Cochise signa la Paix mais Géronimo continua ses raids. Il fut cependant rattrapé en 1877 et lui et ses guerriers furent conduits à la Réserve de San Carlos, surnommée   "Hell's Forty Acres" ou "Les Quarante Arpents de l'Enfer" tant elle était aride. De plus, on tentait d'y faire cultiver le sol par les Apaches, peuple de guerriers et de chasseurs. Mais en 1881, Géronimo la quitta et reprit ses raids avant que d'être repris par le Général Crook. Cependant il recouvra rapidement la liberté pour continuer ses raids contre les envahisseurs blancs, poursuivi par le Général Nelson Miles.

    En 1886,  le lieutenant Gatewood convainquit Géronimo de se rendre, lui promettant que les guerriers et leurs familles ne seraient pas séparés. La promesse ne fut évidement pas tenue et Géronimo et ses hommes furent envoyés en Floride où ils souffrirent de l'humidité du climat, laquelle tua nombre d'entre eux. En 1894, on autorisa les survivants à rejoindre leurs familles à Fort Sill, en Oklahoma.

    Les différentes tribus apaches


    Chiricahua : connu pour leurs féroces guerriers,
     
    Jilicarilla : très connu pour leur chasse aux bisons,
     
    Mescalero : vivaient de chasse cueillette et de pillage,
     
    Tonto : était plutôt des pacifique,
     
    Lipan : chassaient et pillaient au Nouveau Mexique et dans l'Ouest du Texa,
     
    Kiowa apache : regroupement de deux tribus les apaches et les Kiowa. 
     

    La vie et les coutumes.
     
    Les tribus étaient surtout composé de chasseurs et se livrait très régulièrement a des pillages. Les apaches sont réputés pour leurs traditions guerrière et le fait de livre des combats quand il le souhaite.
     
    Les familles se regroupaient en bandes, afin de mener avec le shaman des attaques contre des villages sédentaires pour leurs piller les récoltes et de faire des prisonniers qui leur servaient ensuite comme rançon.

    Malgré les expéditions guerrières fréquentes, la vie au village était rythmée, comme chez n'importe quelle tribu, par les chants, danses et cérémonies.

    Le plus valeureux guerrier devenait le chef de la tribu.
     
    Dans les danses, les Apaches revêtaient des costumes symbolisant les Esprits de la Montagne. Ils guérissaient les malades et éloignaient les mauvais sorts. Ils revêtaient des peintures corporelles, jupes, masques noirs, coiffures en plaquettes de bois et tenaient des épées de bois.

    Les Apaches reconnaissaient de nombreux hôtes surnaturels mais croyaient en une divinité suprême nommée YUSN.

    Lorsque les jeunes filles atteignaient la puberté, elles participaient à des cérémonies qui duraient quatre jours, chiffre sacré. Chants, danses, festins, cadeaux rythmaient ces jours. Pendant ce temps, on construisait le tipi de cérémonie. Enfin, les jeunes filles couraient à quatre reprises des tipis vers de petits paniers contenant des objets sacrés. Puis, le tipi était démonté, les jeunes filles subissaient quatre jours de retraite et ensuite...étaient bonnes à marier.


    Le rituel de la mort :
     
    Cela consistait a ensevelir le morts était brûlé ses biens ensuite il se purifiaient dans la fumée produite avant de quitté les lieux.
     
    Ils faisaient tous ce rituels car ils avaient peur de la mort et cela permettait pour eux d'échapper à la colère de l'esprit du mort.





    Habitation
     
    La plupart du temps les familles vivaient dans des wickiups. C'etait de simples huttes faite de branchages en formes de dôme érigées par les femmes.





    Mais certaine famille vivaient aussi dans des tipis fait en peau de bisons.







    Langue
     
    Les apaches font parti du groupe linguistique athapasscan. Ils parlaient tous la même langue malgré la diversité des familles.

     

    Les grands Chefs Apaches

    Cochise (Apache)
     

     

    Il fut, de 1861 à 1872, dans le sud-est de l'Arizona, le plus célèbre chef de guerre de sa tribu (les Chiricahuas) et unifia la nation apache avec Geronimo.
    Il fut le chef du groupe Chokonen de la tribu Apache Chiricahua et ne fut pas, dès le début, hostile aux blancs. Il commença à se battre contre eux en 1861 à cause d'une gaffe commise par le lieutenant George Bascom de l'armée américaine. Cette année-là, Cochise et quelques-uns des siens se rendent chez les soldats pour se disculper d'un enlèvement d'enfant dont on les accuse. (Plus tard, on apprit qu'une autre bande d'indiens l'avait capturé). Ils sont alors traité en prisonniers. Cochise s'échappe mais le lieutenant fit pendre les indiens qui l'avaient accompagné. Dès lors, Cochise rejoint Mangas Coloradas pour combattre les blancs.


    Après une rude résidence à l'armée il  réalisa qu'il menait un combat perdu d'avance après qu'au matin du 30 avril 1871, 150 mercenaires anglais, mexicains et indiens Papago attaquèrent un camp indien endormi, et massacrèrent une centaine d'innocents, des femmes et des enfants pour la plupart. Les survivants furent placés en esclavage. Après ce massacre, Le président américain, Ulysse S. Grant, fut indigné, et envoya une commission de paix en Arizona, conduite par le général Oliver Howard et Vincent Coyler. Après onze jours de négociation, le général accorda à Cochise une réserve sur les terres Chiricahua, avec Jeffords en tant qu'agent. En contrepartie, Cochise tint parole, son peuple vécut paisiblement jusqu'à sa mort en 1874.
    A partir de cette date, le gouvernement brisa le traité signé par Cochise et déplaça sa tribu de leurs montagnes vertes vers le désert aride de l'Arizona. Le plus jeune fils de Cochise, Naiche, et Geronimo s'enfuirent avec la tribu et se cachèrent dans les montagnes de Chiricahua. Ils réussirent à rester libres pendant dix ans, ne se rendant finalement qu'en 1886.

     
    Géronimo (Apache Bedonkoe)

     

    Certainement le plus célèbre d'entre eux, Né vers 1825 dans l'ouest du Nouveau Mexique, . Son premier nom : Goyathlay ou "celui qui baille" qu'il change à 19 ans pour celui de Geronimo. Leader des Apaches à Sonora, sa carrière guerrière fut liée à celle de son beau-frère, Juh, un chef Chiricahua. Il fut entre autre son porte-parole. Geronimo ne fut jamais un chef indien, mais un Homme Médecine, hautement respecté par tous les chefs Apaches de sa région.

    En 1858, un événement va bouleverser sa vie : le meurtre de sa mère, de sa femme et de ses trois jeunes enfants par des soldats Mexicains. Il se rend alors chez  Cochise qui est de la même nation que lui : Chiricahua. Cochise approuve. Alors commencent les raids contre les blancs. En octobre 1860 aura lieu l'une des plus grandes batailles entre armée américaine et apaches, à Apache Pass, victoire indienne au cours de laquelle le chef Mangas Coloradas sera sérieusement blessé mais survivra néanmoins, soigné par un médecin mexicain auprès duquel l'emmenera Géronimo. 

    Geronimo fut le meneur des derniers combattants indiens qui capitulèrent cérémonieusement devant le gouvernement américain. Il a toujours combattu le découragement de son peuple, et est celui qui a tenu le plus longtemps face aux troupes américaines.

    En 1875, tous les Apaches du Rio Grande furent transférés dans la réserve de San Carlos, une terre aride. Geronimo parvint à s'enfuir plusieurs fois de cette réserve, mais se rendit à chaque fois. En 1876, Geronimo se réfugia au Mexique. Une seule fois, un adversaire réussit à le capturer : en 1877, il se fit piéger par John Clum, l'agent de la réserve de San Carlos, qui le fit ramener enchaîné à la réserve.

    En 1882, retrouvé par les indiens au service du gouvernement américain, il accepta de se rendre pour retrouver son peuple. Mais, en 1885, il s'échappa de nouveau avec, cette fois, 35 guerriers et 109 femmes et enfants. En janvier 1886, des apaches à la solde du général Crook les forcèrent à se rendre. De nouveau, il s'échappa, mais fut rattrapé par le général Nelson Miles en septembre 1886. Geronimo et 450 apaches furent envoyés en Floride en détention dans les forts Marion et Pickens. En 1894, ils furent transférés à Fort Sill, en Oklahoma. Geronimo devint alors un rancher, et participa à la parade d'inauguration de Théodore Roosevelt, en 1905. C'est également cette année là, alors qu'il était encore prisonnier de guerre, qu'il dicta ses mémoires. Son neveu Daklugie, qui lui servait d'interprète, a raconté que Geronimo avait regretté jusqu'à la fin de s'être rendu.

    Il mourut en 1909 en prisonnier de guerre, sans avoir jamais pu rentrer chez lui, d'une pneumonie contractée à la suite d'une beuverie.



    Mangas Coloradas (Apache Mimbres)




    Né en 1797, Mangas était un Apache Mimbres du Sud Ouest du Nouveau Mexique. En 1837, des Mexicains massacrèrent des indiens Mimbres. Suite à cette action, Mangas Coloradas s'imposa comme chef. Il cherchait à être en paix avec les Américains mais haïssait les Mexicains. Néanmoins il aida Geronimo à Apache Pass où il faillit perdre la vie. En 1863 il se fit capturer par des chercheurs d'or. Un an plus tard, pendant la marche qui menait les Apaches à la réserve de San Carlos, il fut tué par un blanc qui prétendit que le chef indien avait tenté de s'enfuir. Comme Mangas Coloradas était grand et fort, on coupa sa tête, on la fit bouillir puis on l'expédia dans l'Est où elle fut exhibée !




    Naichez (Apache Chiricahua)
     

     

     Eskadi (Apache)



























  • Commentaires

    1
    visiteur_tallulah
    Jeudi 17 Avril 2008 à 00:34
    Bonjour ,
    Je voulais signaler une erreur au sujet de la photo de Cochise, ce n'est pas lui, vous avez afficher la photo du chef Chato, n?n 1854 d?d?n 1934.Je peux vous l'affirmer, ma sp?alit?st la culture Apache. D'ailleurs si vous d?rez en savoir plus sur les Apaches, voici mon site:
    http://indiensamerindiens88.oldiblog.com/
    Bonne continuation dans votre travail et site.
    Amicalement Tallulah
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :